Créer sa bande dessinée 4

 

4 faire de la  bande dessinée

 

– Lorsque l’avancée vers le sujet est plus brutale, on passe en peu d’images d’un plan général à un gros plan : effet zoom.

 

4 faire de la  bande dessinée

 

– Un plan d’ensemble (décor) – plan général au besoin – un plan moyen – un plan rapproché – 2 autres plans moyens – pas de gros plan – (pas d’émotion) pas trop de gros plans sauf pour détailler le jeu de physionomie ou présenter des personnages exprimant leurs sentiments (montée) 15-16-17-20.
– 1 vaste plan d’ensemble (décor arrière plan) en 3 cases avec 3 plans progressifs (illusion de progression naturelle) lenteur. Plan large – plan d’ensemble – plan général – plan moyen 23
– Plan progressif plus serrés : plan général – gros plan (même nombre d’images) 23 – mouvement plus rapide : effet zoom.

– Enchaînement des plans :

1 Plan d’ensemble décrit le nouveau lien en plongée de dos
2 le plan général : groupes le plus concernés. (en plongée)
3 Normal.
4 Plan moyen : personnages prépondérant de face contre champs pas de monotonie.
5 Le plan rapproché : confirme les intentions de l’auteur : isolée deux personnages.
6 Un gros plan : sentiments (colère) le personnage à déjà été vu en arrière plan de l’image qui précède ( 5)

 

4 faire de la  bande dessinée

 

– Au besoin le plan d’ensemble (décrit la séquence : situe les personnage dans le décor) On le retarde pour laisser un doute sur le lieu précis où se situe l’action (si prévu dans le scénario) Mis à la fin “ différent de ce qu’on imaginait (coup de théâtre) comique : bon gag.

 

4 faire de la  bande dessinée

 

– Un plan moyen – un plan rapproché – un gros plan

 

4 faire de la  bande dessinée

 

4 faire de la  bande dessinée

Exprime le contentement


– Au bon moment, on peut mettre un gros plan pour mettre en évidence un personnage qui jouera un rôle essentiel au final.

 

4 faire de la  bande dessinée

– Un plan crescendo pour mettre en avant un sujet. Un enchaînement de plans decrescendo exprimera l’effacement d’un personnage : sa solitude etc.

– Une vue d’ensemble du décor s’étalant sur 3 cases habilement combiné avec trois plans progressifs des personnes ou sujets vu dans le lointain puis en plan général et enfin en plan moyen ou rapproché donnera toujours l’illusion de leur déplacement naturel dans le décor.

 

4 faire de la  bande dessinée

– 3 plans rapprochés commencent le récit : pas de plan d’ensemble (décor) plans expressifs : pas de doute sur le lieu !

 

 

Créer sa bande dessinée 3 Narration par l’image – enchaînements de plans.

 

3 faire de la bande dessinée

 

– Faire des scènes, séquences cohérentes, claires et le plus possible expressives pour l’expression.

– Ne pas aligner ses mots au hasard, respecter leur valeur, les enchaîner et les associer.

– Une histoire : progression dramatique ou comique (scène ou séquence)

– Du plan d’ensemble (description) : enchaîner les plans par valeurs croissantes au plan général et ensuite au plan moyen pour finir par les plans rapprochés et terminer par les gros plans. (moment le plus fort : les personnages expriment leurs émotions les plus intenses).

– La progression des plans suit la progression dramatique du récit

– On revient sur des plans descriptifs plus généraux et l’intrigue se tend de nouveau : progression de l’ensemble au particulier (détails) des gros plans (gestes, attitudes, jeux physionomique).

– En premier d’écrire le lieu avant de faire l’intrigue.

– Présenter les personnages : avant leurs actes et expressions : l’ossature de la scène ou séquence de l’histoire qui est racontée  en images (chaîne de plans en filigrane).

1 Visualiser la scène dans son ensemble.

2 Mises au point de successions précises.

3 Fixer les détails de la scène (intéressants, insolites etc.) Mettre l’œil plus vite en leur direction, plus vite sera le passage du plan d’ensemble au gros plan. Ossature solide avec des motifs variés à l’infini. Enchaînements et associations de plans dans un ordre dispersés en fonctions du sujet traité, rythme, ambiance

 

3 faire de la bande dessinée
Montée d’une colère : jeu de physionomie.


– Des gros plans où les personnages expriment leurs sentiments dans le même espace temps pour exprimer leur réaction en réponse aux sentiments d’un autre personnage vient d’exprimer en gros plans

 

3 faire de la bande dessinée


– Montrer la montée de l’émotion, sentiments des personnages par la progression des plans. Du plan éloigné au gros plan ou très gros plan et dés que l’émotion retombe revenir à un plan moyen (parfois)

 

3 faire de la bande dessinée

 

– Successions de plusieurs plans d’ensemble pour une ambiance .

3 faire de la bande dessinée

Exprimer la lente disparition de la brume sur une vallée.

– Des successions de plusieurs plans moyens ou rapprochés pour suivre de prés l’action d’un personnage sans être distrait par le décor.

 

3 faire de la bande dessinée


– Plusieurs gros plans se succèdent pour détailler plus longuement les jeux de physionomie d’un personnage.

 

3 faire de la bande dessinée


On progresse vers le sujet en plans croissants pour réaliser des effets “travelling” ici avant.

 

3 faire de la bande dessinée


Nostalgie : on progresse vers le sujet en plans décroissants pour réaliser des effets lents traveling ici arrière. – Trois plans décroissants : plan moyen – plan général- plan lointain sous le même angle.

 

3 faire de la bande dessinée

3 faire de la bande dessinée

 

Créer sa bande dessinée 2

2 faire de la  bande dessinée


° Les angles de vue :

Différentes façons de présenter le sujet – en plongée d’en haut, la contre plongée d’en bas – vue à l’horizontal normal. L’angle de vue normal ou niveau du sujet : vision naturelle et objective. Le plus employé par le biais de la composition ou d’un avant plan.

2 faire de la  bande dessinée 


1 La vue en plongée :

Vue plus élevée que le sujet. Vastes décors, paysages, foules : dans toute son étendue donne une idée de mouvement ou déplacement ex: Encerclement. Cadrages subjectifs (psychologique) par le jeu de la perspective ex : diminuer, écraser les Personnages (infériorité) plus on est proche de la verticale et plus accentué. Exprimer l’esclavage, Domination, défaite, solitude, accablement physique ou moral, menaces (pas trop d’images écrasantes dans Les cases.

2 faire de la  bande dessinée


2 La vue en contre plongée :

Plus bas que le sujet. Cette perspective montre les personnage ou architecture paraissant plus grande, plus impressionnante, supérieure, Puissante. (Idée de victoire, de domination, de menace, d’arrogance, du mépris.

2 faire de la  bande dessinée 



° Le champ : contre champ :

Mettre ensemble deux images immédiatement l’un après l’autre : c’est l’ensemble d’une scène vue sur une image. Le contre champ sera une vision immédiate du même sujet vu dans le sens dramatique opposé : Tout ce qui est vue de face dans la première image, sera vu de dos dans l’image à contre champ qui suit. Ce contre champ d’une vue en plongée du sujet deviendra la vue en contre plongée de ce sujet. On peut laisser planer un doute sur la nature exact d’un événement : le contre champ le dévoilera.

2 faire de la  bande dessinée

2 faire de la  bande dessinée


° Les cadres :

La case peut varier au cours d’un même récit s’étirer en largeur, en hauteur : vaste décor puis rétrécir. Ex : pour l’expression d’un visage, l’idée de vertige. Choisir le plan et le cadre qui suggère votre idée. Cadre vertical : Chaque cadre tailler à la mesure de chaque plan pour son dynamisme.

1 Le cadre horizontal :

Moyen ou étaler franchement, horizontal : ex une plaine : + longue, + étalée, + en réduisant la hauteur : donne l’impression de solitude, d’isolement.

2 faire de la  bande dessinée


2 Le cadre verticale :

Allongé en hauteur : Paysage de montagne : abîmes, ruelles étroites. Déplacement du sujet à la verticale : ascension, escalade, chute, envol ou projection d’engins ou objets divers. + Haut en hauteur, + étroit en largeur donne de l’effet.

3 Le cadre rectangulaire ou carré :

La dimension peut varier d’une image à l’autre selon la nécessité du récit et le type de plan choisi. Les plans d’ensemble ou les plans généraux qui ont de nombreux détails sont plus lisibles dans des cadres de bonnes dimensions. Les plans rapprochés, gros plans ou très gros plans sont moins détaillés dans des cadres plus étroits.

2 faire de la  bande dessinée


4 Cadres divers :

En gros plan, le cadre circulaire en diagonale qui cerne le sujet de plus prés dans l’image s’intègre à une autre image. Elle présente une action sur l’image principale et un détail de cette action. Montre sur la même image : 2 scènes très éloignées dans l’espace ou le temps. Narration parallèle

2 faire de la  bande dessinée

 

 

Créer sa bande dessinée 1

 

1 Faire de la bande dessinée

 

Bonjour ! Faire de la bande dessinée, c’est ton rêve ! Je te donne ici le moyen d’y parvenir. Malgré tout, c’est beaucoup de travail…

* Les cadres désignent l’histoire de la BD, si elle privilégie le suspense ou l’action, voyons les styles de cadres les plus utilisé.

Linéaire Le style linéaire, le plus simple à suivre et le plus classique, on retrouve souvent ce style dans les BD européenne

Linéaire irrégulier Le linéaire irrégulier est plutôt le style comics, souvent un dessin d’une page avec des cadres dessus, cadre irrégulier question taille, placement.

Dynamique  Dynamique,  plutôt  action  et  pour  les  mangas  (sens  de  lecture  original),  le  style dynamique est un mélange entre le linéaire et dynamique.

* Le sens de lecture et les bulles.

Il est indispensable de bien disposer les bulles lors de la création d’une bd car il faut se mettre dans la peau d’un lecteur commun et étudier la façon la plus naturelle dont il lirait la bd. C’est très important pour la compréhension d’une bd.

* Du scénario à la réalisation

Le sujet – les personnages – la scène.

° Le synopsis :
Résumé une exposition : le développement ou l’intrigue – le dénouement ou chute – le scénario de
30 pages ou l’histoire est en détails : décors et personnages – rebondissements et certains dialogues
– le découpage : plan complet : image par image, scène par scène, case par case et plan et cadrage –
textes et dialogues : écrire pour des personnages.

° Le scénario :

Présenté en continuité – la description de la scène et en dessous, l’indication des dialogues case par case – le découpage dessiné – l’histoire écrite le scénario en images : par des plans, angles de vue – cadrages.

° Les plans :

Vu de près ou de loin : différentes distances des sujets Pour mettre en relief l’action et sentiments de ces sujets ou pour moduler l’intensité dramatique ou comique de la scène.

1 le plan d’ensemble :

Descriptif du décor : paysage, foule – les personnages par rapport au plan.

1 Faire de la bande dessinée


Décrire où les personnages se trouvent : leur place, d’où ils viennent et où vont-ils ? Toute la scène ou séquence commence par un plan d’ensemble. L’action se déplace : nouveau décor = nouveau
plan d’ensemble qui décrira le tout. Si le décor mérite une longue description : plusieurs plans d’ensemble vus sous des angles différents, pourront se succéder pour le décrire dans tous les détails.

 2 Le plan général :

Pour attirer l’attention sur les personnages ayant un rôle immédiat à jouer dans l’action en les isolant du décor. Le plan général “cadre” un groupe de personnages ou isolé vu en pied mais dans un certain lointain.

1 Faire de la bande dessinée


3 Le plan moyen :

Les personnages se rapprochent lorsque l’intrigue commence à se nouer : voir les principaux personnages. Le plan moyen isole un groupe : celui concerné par l’action – cadre en premier plan de l’image en pied ou en mi-jambes. Le décor et autres personnages passent en arrière plan.

1 Faire de la bande dessinée

1 Faire de la bande dessinée


4 Le plan rapproché :

Les personnages en pleine action. Il cadre un ou plusieurs personnages directement concernés par l’action : presque en buste en 1er plan pour vivre l’action de près.

1 Faire de la bande dessinée


5 le gros plan :

Pour décrire les sentiments et émotions les plus intenses des personnages : visage. Plan expressif (rire, colère, peur, dédain etc. Qui accentue la tension dramatique ou comique de la scène. Visages figés ou inexpressifs : scènes de dialogues : Plan large ou rapproché : pas de gros plans. Gros plan pour attirer sur une attitude, un geste, un Jeu de scène ou un détail du décor qui renforce l’intensité dramatique ou comique.

1 Faire de la bande dessinée

6 Les très gros plans :

Émotions très intense (peur, menace, joie, perplexité etc. Le visage est cadré sur la totalité de l’image ou certains sujets ou décor : Détails pour expliquer l’action des personnages ou de renforcer l’intensité dramatique ou comique

1 Faire de la bande dessinée

7 L’avant plan :

Impression de relief: plans successifs différenciés : image plate greffer sur le devant : un gros plan emprunté au décor ex: un double plan. Des sujets cadrés pour s’intégrer à la composition et pas masquer l’essentiel du sujet : pas en totalité hors cadre (en partie) la seule partie visible : vue en amorce. L’avant plan donne la puissance évocatrice d’une image : son climat, son atmosphère pour dramatiser ou détendre.

1 Faire de la bande dessinée

1 Faire de la bande dessinée

1 Faire de la bande dessinée

 

1 Faire de la bande dessinée

cadre_USLinéaire irrégulier

1 Faire de la bande dessinée

LINÉAIRE

1 Faire de la bande dessinée

Dynamique