Dessin au crayon noir – La soumission


La soumission


La soumission


Soumission


Soumise, tu t’enlises
Soumission : perdition
Et la brute a raison

Dos voûté , repliée
Et penchée
Sans pouvoir t’échapper
Pourquoi te soumets-tu ?
Dis-moi, tu es perdue !

Si tes yeux sont baissés
Il ne peut voir leur haine
Mais de ton corps ployé
On devine la peine

Soumise, tu t’enlises
Soumission : perdition
Et la brute a raison !

Relève donc la tête
Si le pervers s’apprête
A briser ta raison
Quitte donc la maison
Et fuis la soumission !


MARCEK


 

Dessin au crayon noir – Le Bateau

 

Le bateau 1

Le bateau 1

 

Le bateau sur la montagne

 

Dans le bateau sur la montagne
Comme dans l’arche de Noé
J’ai retrouvé au fond des cales
Les restes d’une société

C’était avant la fin du monde
Juste avant la grande marée
Que le bateau sur la montagne
A sauvé ce que j’ai trouvé

J’ai trouvé, accrochés au chêne
Des fusils qu’on avait jetés
Et la bannière américaine
Dont les étoiles étaient tombées

J’ai trouvé la dernière baleine
Et quelques autres mammifères
Qui pardonnaient au capitaine
D’avoir pollué l’eau de la mer

Dans le bateau sur la montagne
J’ai trouvé des gens décidés
Qui avaient échappé au drame
Mais qui n’avaient pas oublié

C’était pour faire un autre monde
Qu’ensemble ils s’étaient embarqués
Dans le bateau sur la montagne
Comme dans l’arche de Noé

J’ai trouvé, accrochés au chêne
Des fusils qu’on avait jetés
Et la bannière américaine
Dont les étoiles étaient tombées

J’ai trouvé la dernière baleine
Et quelques autres mammifères
Qui pardonnaient au capitaine
D’avoir pollué l’eau de la mer

J’ai trouvé la dernière femme
Émerveillée par cet enfant
Qui ensemençait la montagne
De blés qui combattront le vent

 

par Hervé Vilard

 

 

Dessin au crayon noir -Mon chien Missy

 

WORDP 1

 

Missy

 

Missy

Pour tous les chiens

Un jour, on croise vos beaux yeux
et on tombe amoureux.
On vous emporte dans nos bras
jusqu’à la maison, au coin du feu…

Le matin vous nous réveillez
en nous léchant le bout du nez.
Le soir vous nous attendez
bien sages et sans bouger.
Puis c’est la fête, dans vos mirettes
vous bondissez,
en quémandant des jeux
et des câlins à qui mieux mieux.
Il faut remplir vos gamelles
le ventre plein, la vie est belle.

L’hiver vous nous chauffez les pieds
vous connaissez nos programmes télé.
L’été vous offrez vos fourrures (simili fourrure au soleil
en écoutant le bourdonnement des abeilles
Si on est triste, vous le sentez
et d’un petit coup de truffe mouillée
vous poussez notre main
pour nous montrer votre amitié
si forte pour nous réconforter.

Nous vous parlons de nos joies, de nos peines,
vos grands yeux profonds comprennent
et traversent les âges,
même le plus espiègle de vous, tout à coup, devient sage.

Vous êtes nos gamines et nos gamins
même si les coeurs durs ne comprennent pas
l’union secrète qui nous unit
et cette union… c’est pour la vie !!!!

Même quand vous partez jouer au paradis…
Vous êtes tatoués dans nos coeurs,
dans nos sourires et dans nos pleurs.
La fatalité vient vous chercher comme seule elle peut l’opérer
On essaie de comprendre sans succès et on ne cesse de vous pleurer
Puis un jour viennent les rires en racontant vos facéties…
Ainsi va la vie …

 

Dessin au crayon noir Le voilier

 

WORDP 1

 

Le voilier

 

Le Voilier

« Je suis debout au bord de la plage.

Un voilier passe dans la brise du matin, et part vers l’océan.

Il est la beauté, il est la vie.

Je le regarde jusqu’à ce qu’il disparaisse à l’horizon.

Quelqu’un à mon côté dit : « Il est parti ! »

Parti vers où ? Parti de mon regard, c’est tout !

Son mât est toujours aussi haut,

Sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine.

Sa disparition totale de ma vue est en moi, pas en lui.

Et juste au moment où quelqu’un près de moi dit : « Il est parti ! »

Il y en a d’autres qui le voyant poindre à l’horizon

et venir vers eux s’exclament avec joie :

« Le voilà ! » C’est ça la mort !  » WILLIAM BLAKE

 

 

Le voilier